Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 11:39

Apparition et développement du flamenco

 

« Certains retours ataviques ancestraux du peuple gitan ont permis de faire renaître dans de pauvres mais honorables masures d’Andalousie ce qui dormait depuis des siècles ».

Ces paroles de Caballero Bonald confirment ce que nous savions déjà ; les gitans, très proches des Andalous et ayant bien assimilés leur folklore rendirent possible la naissance du flamenco .

A partir de quand de produisit ce phénomène ? Ríos Ruiz répond à cette question : « jusqu’à leur arrivée en Andalousie et leur installation de Séville à Cadix, installation qui dure près de deux siècles, les Gitans n’ont jamais rien produit de semblable ».

Sachant que les Gitans arrivèrent par le nord en 1462 et qu’il mirent donc un certain temps à parvenir à Séville puis à Cadix, ce que ce processus d’adaptation et d’assimilation des coutumes locales durera environ deux siècles, il est facile d’en déduire que le flamenco, en tant que tel, n’apparaît qu’au XVIII ème siècle.

Généralement les premières références littéraires, à propos du flamenco, sont celles que l’on trouve dans le livre de Serafín Estébanez Calderón « Scènes Andalouses » (1846). Ces références sont très claires et dignes de foi mais il est difficile de les considérer comme les toutes premières. Il en existe beaucoup d’autres, en effet. Rappelons qu’en 1774, José de Cadalso, dans son œuvre « Lettres Marocaines » dit avoir écoute un polo chanté par des Gitans.

En fait, personne ne sait exactement depuis quand se chante le flamenco. Nous pouvons  tenir compte , bien sûr, des références citées mais il est tout à fait probable que d’autres manifestation aient eu lieu antérieurement.  Fernando Quiñones le confirme : « Les grandes lignes actuelles du cante flamenco furent tracées au XVIIII ème, mais leur gestation a duré plusieurs siècles ».

Etant donné que les Gitans se trouvent déjà en Andalousie à la fin du XVème siècle, cette affirmation n’a rien de fantaisiste.

Nous pouvons, par conséquent, considérer que le flamenco, plus ou moins structuré tel que nous le connaissons aujourd’hui a commencé à se manifester clairement cers la fin du XVIIIème siècle.

En fait, malgré ses apparences d’art très ancien, voire primitif, le flamenco n’a finalement que deux siècles d’existence. A cela il faut ajouter que, malgré cette apparition relativement récente, nous n’avons que très peu d’informations sur les quarante, cinquante premières années.

 

 

Principales périodes historiques

 

Pour schématiser nous pouvons dire qu’il faut parler de Préhistoire du flamenco. Mais qu’entendons par Préhistoire ? Il s’agit de la période s’étendant des origines du flamenco à l’apparition du disque. La Préhistoire du cante serait, par conséquent, la période du cante que nous ne pouvons connaître et encore moins écouter.

Cette période est celle des cantes dont on entend encore parler. Quelques références existent mais nous n’avons aucune connaissance auditive de ces cantes. Qu’était la seguiriya de El Planeta ou la cabal de El Fillo ? Nul ne le sait. La mort a enseveli, à jamais, les voix de ces cantaores légendaires.

Ave les premiers enregistrements de flamenco, en 1901, commence ce que nous allons appeler l’Histoire du Flamenco. Ainsi, possédant le document indispensable, c’est-à-dire le document sonore, il nous est enfin possible de savoir comment était le cante. Il en est alors fini des élécubrations plus ou moins fantaisistes, imaginant et tirant des conclusions sur la façon dont chantait Silverio ou El Nitri. Le disque est le témoignage nécessaire : la voix est enregistrée pour toujours. Voilà comment s’écrit l’Histoire du flamenco.

Ces deux grandes périodes sont, malgré tout, susceptibles d’être divisées en étapes plus courtes, plus précises qu’il est possible de classer de la façon suivante :

a) Etape initiale

Depuis le derniers tiers du XVIIIème siècle jusqu’au début du XIX ème siècle. Les premiers grands noms apparaissent. Le premier cantaor connu, Tío Luis el de la Juliana est le premier le patriarche authentique du cante. On sait peu de choses sur lui, hormis quelques allusions faites par un autre  cantaor, Juanelo, qui dit l’avoir bien connu.

b) Le dit « Age d’or » du flamenco

Autour des années 1840-1860, le premier cantaor réellement connu, El Planeta, fait figure de personnage célèbre. Il existe plusieurs références à son sujet . El Fillo, quant à lui, marquera son époque grâce à son extraordinaire personnalité.

c) Apogée du  « Café  cantante »

Pour certains, cette période restera la plus importante de tous les temps ? Des figures exceptionnelles et inimitables naissent, comme Silverio, El Nitri, Enrique el Mellizo, manuel Torre et Chacón. Le cante devient une profession avec tout ce que cela  a de bon et de mauvais. Le cantaor acquiert ses lettres de noblesse.

Frédéric Deval commente cette période : le café cantante constitue une étape essentielle de la professionnalisation du flamenco. Là, le cantaor apprend à construire un récital, la danseuse se mesure à d’autres danseuses, et le guitariste s’efforce d’étoffer son style grâce à la contrainte, à la fois mélodico-harmonieuse de l’accompagnement du chant, et rythmique de l’accompagnement du baile.

d) Le flamenco entre au théâtre : 1920-1940

Il a été dit que Silverio fit sortir le flamenco des tavernes pour le faire entrer dans les cafés cantantes., après avoir fréquenté les cafés cantantes durant de nombreuses années, l’introduisit au théâtre.

En effet, à partir des années vingt, l’horizon s’élargit et le flamenco envahit les théâtres. Les puristes crièrent au scandale, pressentant sans aucun doute la décadence qui conduirait, un peu plus tard le flamenco à l’opéra-flamenco.

Car, il faut bien l’avouer, la massification ne peut que porter préjudice au flamenco. Ríos Ruiz a sûrement raison lorsqu’il affirme que « rien n’a été plus néfaste au cante que la scène ».

Sur la scène des théâtres, le flamenco connaîtra plusieurs périodes. Dans un premier temps, la qualité semble être maintenue. Chacón parvient à maintenir à un certain niveau son cante qui reste excellent bien que le théâtre soit un lieu tout à fait inadapté pour chanter. Hélas, il introduisit, sans doute inconsciemment, trop de modifications modernistes qui imposèrent à ses successeurs une recherche de virtuosité affectée, dépourvue de profondeur. Le cante tout en filigrane, très sonore, très maniéré donna naissance à ce qui fut appelé l’Opéra-flamenco.

e) Le concours national de cante jondo de Grenade : 1922

Ce concours ne représente pas vraiment une période puisqu’il s’agit d’un événement ponctuel. Pourtant son impact fut si grand qu’il marqua l’histoire du flamenco d’une pierre blanche.

Un groupe d’intellectuels et d’artiste, manuel de Falla à leur tête, organisèrent, à Grenade, ce concours, dans le but de revendiquer la pureté d’un art en train de mourir. La concurrence de l’opéra était, il est vrai, impressionnante. Malheureusement, alors qu’intellectuels et artistes répondaient avec enthousiasme à l’appel de manuel de Falla , en collaborant activement à son organisation, le peuple, lui, bouda cette manifestation alors qu’il a toujours été dit que  « le flamenco était la voix du peuple ».

Le premier prix de ce concours fut obtenu, à l’unanimité par El Tenazas et Manuel Caracol. Le petit Caracol, plutôt, car celui-ci n’avait que douze ans !

Hélas, ce concours n’eut pas d’influence positive ; il permit seulement de faire un peu plus de publicité à un art en pleine décadence et d’accélérer sa détérioration.

 

(A suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Histoire du Flamenco
commenter cet article

commentaires

Virginia Pozo

  • : Le blog de Virginia pozo
  • Le blog de Virginia pozo
  • : Bercée depuis ma plus tendre enfance par le Flamenco, je l'enseigne depuis plus de vingt ans. Le flamenco est un héritage profondément ancré en moi, ma culture. Mon souhait à travers ce blog est de le promouvoir comme je le vis et le transmets lors de mes spectacles ou auprès de mes élèves, sans le dénaturer, lui garder son essence originelle.
  • Contact

Mes racines

Pour lancer la video cliquez ici