Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 15:50

images-copie-4Marina Heredia Rios est née à Granada, le 10 avril 1980. Fille du chanteur Jaime « El Parron », elle porte déjà cet art dans ses veines et commence a chanter dès sa plus tendre enfance, travaillant sans repos. Tous ces efforts et ce dévouement sont récompensés en 2004 lorsqu’elle reçoit le prix « Andaucia joven a las artes » pour l’exemple de son travail, de son talent et sa contribution à diffuser le flamenco dans le monde.

A seulement 13 ans, Marina enregistre son premier disque « Malgré la nuit », un disque flamenco pour enfants, et sa vie artistique prend son envol.

A 15 ans, elle collabore avec le groupe crée par Miguel Angel Cortes et intervient dans plusieurs programmations. C’est là que commencent les tournées internationales avec la danseuse «  la China ». Elle se produit en Suisse, en France, au Portugal et à Londres.

Marina commence à exprimer, en Espagne et à l’étranger, son intérêt musical dans une recherche différente de ses racines et partage la scène avec des Gitans Hongrois et Pakistanais au festival de Madrid Sur.

Un an plus tard elle obtient la reconnaissance des critiques sur la scène du festival « Esparrago 98 » . Démarre alors une collaboration avec des artistes de renom tels que Maria Pages ou le maître de la guitare José Maria Gallardo. Lors de la Xème Biennale de Flamenco de Séville, elle se produit aux côtés de Eva Yerbabuena au théâtre Lope de Vega. Reconnue comme l’une des plus grande voix chez les jeunes flamencos, Marina fera la « aventura del flamenco » dans les nuits de fête du festival de Grenade . Cette année là elle participe également à l’hommage de Camaron de la Isla à San Fernando (Cadix).

Mais son côté flamenco s’ouvre de nouveau à d’autres musques et à partir de 2000, le parcours de Marina ne cesse d’évoluer, l’amenant sur les plus prestigieuses scènes d’Espagne et d’Europe.

Sa carrière est fulgurante. Elle édite en 2001 son premier disque en solo « me duele, me duele ». Avec cette production de Pepe de Lucia, Marina chante accompagnée des guitares les plus reconnues en flamenco.

Son vif intérêt pour d’autres disciplines artistiques l’amène à collaborer avec la danseuse Blanca Li en France, et à intervenir aux côtés de son père Jaime « El Parron », dans un film documentaire dirigé par Dominique Bel, sur la transmission du flamenco dans la famille.

Artiste engagée, on a pu l’entendre dans plusieurs éditions de festivals de bienfaisance, comme le gala de l’Unesco à Séville « Solidarité pour les femmes Afghanes ».

En 2006, elle sort son deuxième album « la voz del agua ».

Amoureuse des fusions, elle étudie les autres musiques et présente en 2008 à Grenade le spectacle « Con-vivencias », une étude sur le parallèle entre la musique traditionnelle arabe-gharnati et le flamenco, dans lequel collabore la marocaine Amina Allaoui. Une approche entre la tradition Gitane et Andalouse.

En 2009, Marina Heredia a l’honneur d’être la première femme flamenca à se produire à l’Auditorium national d’Espagne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands chanteurs
commenter cet article

commentaires

Virginia Pozo

  • : Le blog de Virginia pozo
  • Le blog de Virginia pozo
  • : Bercée depuis ma plus tendre enfance par le Flamenco, je l'enseigne depuis plus de vingt ans. Le flamenco est un héritage profondément ancré en moi, ma culture. Mon souhait à travers ce blog est de le promouvoir comme je le vis et le transmets lors de mes spectacles ou auprès de mes élèves, sans le dénaturer, lui garder son essence originelle.
  • Contact

Mes racines

Pour lancer la video cliquez ici