Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 09:31
435813Manolo Sanlúcar, de son vrai nom Manuel Muñoz Alcón, est un grand maestro de la guitare flamenca, né à Sanlúcar de Barrameda à Cádiz, dans la région andalouse, le 24 novembre 1943.Son père, Isidro Sanlucar, grand guitariste de flamenco lui enseigna la guitare flamenca avec le style de Javier Molina. Il collabora notamment avec Paco de Lucía pour plusieurs enregistrements. Il forma aussi des grands guitaristes commeVicente Amigo, Kiko Ruiz... à qui il proposa de rejoindre son groupe lorsque ce dernier avait 14 ans.Manolo Sanlucar a aujourd'hui (en 2008) 65 ans, et son dernier album sorti en 2007 s'intitule Medea. Il a enregistré 12 albums au total.

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 09:49

Pepe Habichuela est né à Grenade en 1944 et fait partie de la grande dynastie flamenca des Habichuelas.Il a été le premier artiste flamenco à enregistrer un disque sous le label indépendant Nuovos Medios.Ses premiers pas professionnels se sont déroulés à Grenade dans les grottes de Sacromonte connues pour les concerts flamenco qui s’ y déroulent. Puis il déménage à Madrid pour jouer dans des «Tablaos» où il accompagnera Marchena et Juanito Valderrama.Mais le plus grand tournant de sa carriére sera sa collaboration avec le chanteur Enrique Morente dans les années 1970.Son fils José Miguel Carmona avec lequel il a enregistré son deuxième album est l’un des fondateurs du célèbre groupe Kétama.

Principaux albums 
Homenaje a D. Antonio Chacón (A tribute to D. Antonio Chacón) / Enrique Morente & Pepe Habichuela - 1 CD 1976A Mandeli / Pepe Habichuela - 1 CD 1983Habichuela en rama / Pepe Habichuela - 1 CD 1997Yerbagüena /Pepe Habichuela & The Bollywood Strings -1 CD 2001Nuevos Medios Colección / Pepe Habichuela - 1 CD 2003


 

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 16:11
Né en 1955 dans le Barrio Santiago, à Jerez de la Frontera, Manuel Moreno Junquera, « Moraíto Chico » est l’un des meilleurs représentants du toque gitano le plus intègre. D’une grande efficacité, son jeu possède une saveur unique, un charme inégalable ne devant pourtant rien à une quelconque complexité technique, mais tout entier inspiré par un mode de vie authentiquement flamenco – et tout aussi authentiquement jerezano, pour être plus précis. Infatigable promoteur de cet art et de ce style, Moraíto s’est ainsi surtout mis au service du chant et a accompagné les meilleurs cantaores, de la Paquera à José Mercé en passant par la Macanita, Agujetas, Terremoto, El Sordera, El Torta et tant d’autres. Mais il a en outre gravé l’un des disques solistes les plus importants des années 90, Morao y oro, dont chaque falseta se doit d’être apprise par tous les guitaristes que le jeu de Jerez intéresse. Il n’est d’ailleurs que de le voir en train d’accompagner les cantiñas chantées par Inés Bácan pour rester stupéfié par son toque, à la fois classique et inimitable. Comment Moraíto réussit-il à produire tant de musique avec ces deux seuls petits accords traditionnels de majeur et de septième ? La réponse est sûrement à chercher en la modestie, la simplicité et la malice de cet homme si habité par le compás que même lorsqu’il converse, il continue, de paroles en éclats de rire, de simples gestes en pas de danse esquissés, de faire entendre le petit démon de son soniquete.
 
Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 09:03

  

 

 

    

 

 

José Fernandez Torres, plus connu sous le nom de Tomatito, est né en 1958 à  Alméria, entouré de guitares. Il grandit en écoutant les guitares  Flamencas  jouées  par son père, connu sous le nom de Tomate, ou par son grand-père, Miguel Tomate. De plus, il est le neveu du légendaire guitariste Niño Miguel.

A douze ans, il déménage à Malaga et débute sa carrière musicale dans des tablaos  bien connus, comme celui de  la Taverne Gitane où il rencontre Paco de Lucia et Camaron.

Il apparaît au premier festival de Flamenco d’Andalousie, ou il  retient l’attention  autant du public que des critiques. Il n’est pas courant qu’un jeune artiste soit demandé par  les "géants " du Flamenco comme  le sont Enrique Morente, La Susi, Vicente Soto, José Menese ou Pansequito. Inutile de dire que Tomatito est connu aussi  pour avoir joué avec José Monge Cruz, Carmaron de la Isla durant 18 années. Ils ont enregistrés plusieurs albums, joué dans des dizaines de festivals dans le monde entier, incluant Montreux et New York. En tant qu’artiste solo, nous devons mentionner son éblouissant concert au prestigieux El Giraldillo del Toque de la troisième biennale d’art Flamenco de la ville de Séville en 1984. D’autres remarquables concerts ont eu lieu au Cumbre Flamenca au Teatro Alcala Palace (1985), au cinquième jazz festival de Madrid (1986) et Veronas de la Villa de Madrid, un festival d’été organisé par The City Hall (1991). Depuis ses débuts, il développe une relation forte avec la communauté El Taranto de Almeria, sorte de club pour les aficionados de  flamenco hardcore, où il joue avec la crème des chanteurs. Cette communauté bien connue lui décerne le Taranto de Oro en 1985 et du prix Lucas Lopez en 1988.

Lorsque Camaron meurt, Tomatito débute une solide carrière sur scène en tant que guitariste avec une incroyable performance au premier festival de Flamenco en janvier 1993.

Depuis, il joue régulièrement avec son groupe dans toute l'Espagne. La liste est longue : Auditorium National de musique de Madrid, Palais de la musique catalane de Barcelone, Palais de la musique de Valence, Palais des congrès de Grenade, Festival de la guitare de Cordoba, etc. En dehors de l’Espagne, il a joué au festival International de musique d’Istanbul, au festival international de guitare de Lyon, et il a fait des tournées en Suisse, France, Allemagne et Japon. 'La leyenda del tiempo' fut sa première collaboration avec Camaron. 

Il débute en tant qu’artiste solo avec Rosas del amor (1987). Après 4 années intensives, et presque non stop, il enregistre Barrio Negro (1991). Ce dernier morceau, intense et inspiré, est gracié de la voix de Camaron, chantant le tango la Voz del Tiempo. Durant 1996 et 1997, Tomatito présente Guitara Gitana sur le plus grand square de Barcelone et dans le plus grand auditorium de Mallorque. En tant qu’artiste-invité il joue dans Palabra de guitara mediterranea, ainsi qu’avec Joan Bibiloni et Larry Coryell.

Il enregistre aussi avec Neneh Cherry, une version espagnole  de Woman.  Plus aimé que jamais, il reçoit la médaille d’argent Andalouse. Durant  l'année1997, il écrit une musique pour une pièce de théâtre d’Antonio Onetti, intitulée Madre Caballo, mise en scène par Emilio Hernandez.

 Onetti disait : "J’ai toujours imaginé la pièce avec une musique aussi magnifique que celle-ci". Terele Pavez, le rôle principal disait "lorsque j’entrais sur scène, cette musique m’habitait profondément. Cela rehaussait mon jeu. Tous les acteurs étaient éblouis". Cette même année, il enregistra en collaboration avec le pianiste Michel Camilo. La réaction des critiques et du public fut fantastique et ils furent invités au festival de jazz de Barcelone, au palais de la musique de Valence, au Grand Théâtre de Cordoba et au Jazz Sardinia. En 1998, il compose la musique du film "Bin ich schön ?", un magnifique film de Doris Döerrie. Il prend part à son premier festival rock : Esparrago Rock de Grenade. En automne, il débute une autre tournée en Europe incluant : le festival de la guitare de Corse, le festival de Mont-de-Marsan en France, le festival flamenco de Tampere en Finlande, la 9ème nuit de la guitare du patrimoine de Sardinia, où il joua avec John McLaughlin, Irakere, Chick Corea, en autres. En septembre, il présente en première à Séville, Tomate and friends, un vibrant spectacle flamenco. Durant  l'année 1999. il joue au deuxième festival de guitare Miedzynarodowy en Pologne. Il va à Cuba, en Allemagne, Italie et France. Quelques mois plus tard, il joue avec Michel Camilo, au club légendaire Blue Note de Tokyo et au Festival de jazz de Bâle. L’année 2000 est aussi productive en participant à la tournée du turc Arif Sag et compose la musique du film de Tony Gatlif. Il sort son nouvel album jazz Spain , enregistré avec Michel Camilo et débute une tournée ibérique. S’en suit un succès mondial, ils reçoivent le Latin Grammy pour le meilleur enregistrement latin de jazz. Ils jouent au Carnegie Hall (JVC Festival), au Blue Note de New York, Tokyo et Osaka. Tomatito gagne un autre Grammy pour sa contribution à Paris 1987,  à un  enregistrement en direct avec Camaron de la Isla. L’année se termine avec des concerts à Nimes, Santo Domingo et Rio de Janeiro. De plus, il gagne un César pour la musique du film Vengo de Tony Gatlif et reçoit la même semaine l’équivalent espagnol Premio de la musica.

 

Tomatito obtient le Grammy Latino 2005 de Flamenco pour son album ‘Aguadulce’  

 

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:36

Paco de Lucía (né Francisco Sánchez Gómez ) est un guitariste espagnol né le 21 décembre 1947 à Algésiras (Province de CadixEspagne).

Il est considéré comme étant un des meilleurs guitaristes au monde . Il a notamment apporté des innovations importantes à la guitare flamenca. Il est un grand admirateur de Niño Miguel, guitariste qui n'a cessé de le fasciner malgré une carrière écourtée par des problèmes psychologiques; sa manière d'interpréter les "Fandangos de Huelva" lui doit beaucoup notamment.


Son environnement familial fut favorable à son travail musical, tout d'abord par son père lui-même guitariste qui lui donne ses premières leçons à l'âge de 5 ans, puis ses frères, Ramón de Algeciras reconnu comme guitariste de talent et Pepe de Lucía qui mena très tôt une carrière de chanteur deflamenco.

Jerez, il participe à un concours de flamenco à l'âge de 12 ans et remporte le prix spécial. À l'âge de quatorze ans il est engagé comme guitariste pour la compagnie de danse José Greco et commence sa première tournée aux États-Unis. À New York il rencontre Mario Escudero et Sabicas, deux guitaristes espagnols de renommée qui l'encouragent à mener une carrière de soliste.

Après l'enregistrement en solo de son premier disque en 1965 et un concert au Teatro Real de Madrid son talent est reconnu unanimement. L'innovation de ses compositions dans le milieu du flamenco traditionnel associé à une grande technique instrumentale lui ouvre d'autres horizons musicaux.

Paco de Lucía adapte et enregistre plusieurs thèmes du compositeur espagnol Manuel de Falla, et quelques années plus tard il enregistre l'œuvre majeure de Joaquín Rodrigo, Le Concerto d'Aranjuez.

Entre-temps il collabore avec de nombreux musiciens de Jazz, Larry CoryellChick Corea... En 1981, un trio réunit les guitaristes John McLaughlinAl Di Meola et Paco de Lucia, le disque « Friday Night in San Francisco » enregistré à l'issue d'une tournée mondiale se classe rapidement parmi les meilleures ventes de disques de guitare instrumentale.

Sans jamais oublier son univers musical d'origine il s'associera à l'enregistrement de 10 albums de la grande figure du chant flamenco Camarón de la Isla.

Paco de Lucía représente l'influence de nombreux guitaristes et participe avec eux à l'expression d'un nouveau flamenco qui élargit considérablement son audience à travers le monde.

En automne 2004 Paco de Lucía reçoit à Oviedo (Asturies - Espagne) le Prix Prince des Asturies des Arts patronnée par Felipe de Bourbon, héritier du trône d'Espagne.

« Considéré comme le plus universel des artistes flamenco, son style a fait école parmi les plus jeunes générations et son art est devenu un des meilleurs ambassadeurs de la culture espagnole à travers le monde », a estimé le jury.

« Tout ce qui peut s'exprimer avec les six cordes d'une guitare peut sortir de ses mains, qui s'animent avec l'émouvante profondeur de la sensibilité », a ajouté le jury.

À noter, qu'il est l'un des compositeurs de la musique du film The Hit de Stephen Frears en 1984.

Paco de Lucia vit aujourd'hui près de Cancun au Mexique

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 08:35
Vicente Amigo compositeur et guitariste espagnol né en 1967 à Guadalcanal (Andalousie) est considéré comme l'un des plus grands virtuoses de la guitare flamenco contemporaine.

Il vit son enfance à Cordoue (ville d'Andalousie) où il fait ses débuts de guitariste vers l'âge de 8 ans. Très vite repéré par ses enseignants, il intègre le groupe du maître Manolo Sanlúcar auprès duquel il restera cinq ans premier guitariste et où il développera sa virtuosité hors du commun.

En deux ans, il remporte trois des principaux concours de guitare flamenco :

  • 1988. 1er prix du concours international de guitare flamenca de Badajoz.
  • 1988. 1er prix du concours national del cante de las ninas de la Union
  • 1989. prix Ramón Montoya pour concert de guitare au XII concours national de Arte flamenco de Córdoba

Puis il accompagne le chanteur El Pélé, pour ensuite se concentrer sur sa carrière solo.
Interprète et compositeur, ses albums sont des chefs-d'œuvre de virtuosité et de technicité. Son originalité tient dans son style très aérien et ses thèmes accessibles à l'oreille profane, dans l'esprit des romantiques du 19ème (Chopin). Néanmoins, il reste flamenco dans le son et ses rythmes -utilisation des compas traditionnels-.
Son album Poeta (avec en hommage au poète 
Rafael Alberti (1997) renferme un concerto pour guitare flamenco accompagné par l'orchestre symphonique de Córdoba .

Il a joué avec El PéléJosé MercéCamarón de la IslaRosarioCarmen LinaresKhaled, et d'autres artistes...

 

 

Repost 0
Published by Virginia Pozo - dans Les grands guitaristes
commenter cet article

Virginia Pozo

  • : Le blog de Virginia pozo
  • Le blog de Virginia pozo
  • : Bercée depuis ma plus tendre enfance par le Flamenco, je l'enseigne depuis plus de vingt ans. Le flamenco est un héritage profondément ancré en moi, ma culture. Mon souhait à travers ce blog est de le promouvoir comme je le vis et le transmets lors de mes spectacles ou auprès de mes élèves, sans le dénaturer, lui garder son essence originelle.
  • Contact

Mes racines

Pour lancer la video cliquez ici